AB Expansion, courtier à Lille

Vous souhaitez être rappelé(e) ?

Picto-Phone
Créer votre dossier de financement Votre demande de financement

Demande en ligne gratuitement

Pourquoi l'assurance emprunteur est elle de plus en plus pesante ?

29/10/2019 à 9h27

Depuis plusieurs mois, les taux d’intérêts ne semblent plus finir de chuter. Alors que les crédits affichent des conditions jamais vues, la tendance est plus que favorable aux emprunteurs, pour qui c’est désormais le moment ou jamais d’emprunter. Pourtant, cette baisse quasi continue a également apporté un effet pervers : la hausse relative du poids de l’assurance emprunteur dans le coût d’un emprunt.

Des taux d’intérêt au plus bas

Au lendemain de la crise de 2008, la politique de baisse des taux directeurs mise en place par la Banque Centrale Européenne a offert des taux de refinancement de plus en plus faibles aux banques commerciales. Cette tendance baissière c’est donc naturellement répercutée sur les taux adressée aux emprunteurs. Dans le même temps, la concurrence entre les banques s’est également accrue, incitant les banques à proposer des conditions plus souples, et des durées plus longues. En conséquence, des crédits immobiliers moins chers, offrant des conditions plus avantageuses qu’auparavant : une aubaine pour les emprunteurs.

En parallèle, l’évolution de la législation - avec notamment la Loi Hamon et la Loi Sapin - a également renforcé la concurrence dans le domaine de l’assurance emprunteur. Face à la menace des compagnies d’assurance externes, les banques se sont adaptées, et les taux d’assurance ont eux aussi baissé. Pour autant, cette baisse n’a pas suivi celle des taux d’intérêt, faisant progresser le poids de l’assurance emprunteur dans le coût du crédit, parfois jusqu’à un tiers du coût de l’emprunt.

Une assurance plus chère pour les retraités

Le 1er janvier 2019, la fin de l’exonération sur la Taxe spéciale sur les conventions d’assurances (TSCA) a également affecté le coût des assurances emprunteurs. La fin de cette exonération, qui s’appliquait jusqu’ici à la garantie décès, a donc amené une taxation de 9% de cette même garantie. Pour un crédit immobilier de 100 000€ sur 15 ans, cela représente une surcoût de 36€ par an.

Ce surcoût reste bien sur à relativiser, puisque la possibilité de changer d’assurance au cours de la durée de vie du crédit permet également des économies conséquentes. La plupart du temps, la délégation d’assurance permet ainsi de compenser l’augmentation induite par la TSCA.

Contacter AB Expansion